La médecine chinoise est-elle efficace ?

La médecine chinoise est-elle efficace ?

Les médecines douces prennent de l’essor en France : 4 Français sur 10 y ont eu recours en 2013 (selon une enquête de l’Académie nationale de médecine). Acupuncture, naturopathie, ostéopathie, chiropraxie… les disciplines sont nombreuses. Si vous en parlez autour de vous, il y aura les gens « pour » et les « contre », et également ceux qui y « croient » et qui n’y « croient pas ». La médecine chinoise n’échappe pas à ce scepticisme. Certains limitent cette dernière aux troubles psychosomatiques ou au stress, en insinuant qu’elle ne serait que « placebo ». Parce que, malgré un intérêt grandissant pour les traitements naturels, cette médecine orientale est encore mal connue, j’ai décidé de consacrer l’article de cette semaine à la question suivante : la médecine traditionnelle chinoise est-elle efficace ?

Une science qui existe depuis 3000 ans

La médecine chinoise comprend l’acupuncture et la moxibustion (utilisation de la chaleur pour stimuler les points des méridiens), la pharmacopée, les massages (tuina-tuifa) et la manipulation, la diététique, ainsi que d’autres formes d’hygiène de vie au quotidien (ex : pratique du Qi Gong). Ses principes sont vieux de 3000 ans et s’appuient sur l’expérimentation et l’observation de la nature. Basée sur la philosophie du Tao, elle n’en demeure pas moins une discipline à part entière et non une croyance. Elle permet de soigner des pathologies plus ou moins graves, avec des effets vérifiables et réels. La médecine chinoise a su dépasser les frontières de son pays d’origine, s’étendant à de nombreux pays d’Asie du Sud-Est. Elle est aujourd’hui arrivée en Occident, où, malgré de nombreux praticiens et patients, elle peine à être reconnue en France au même titre que la médecine allopathique (conventionnelle).

Reconnaissance de la médecine traditionnelle chinoise

Contrairement à d’autres pays européens comme la Suisse ou l’Espagne, la pratique de la médecine chinoise n’est pas règlementée donc reconnue en France pour les non-médecins. Elle est pourtant tolérée à certaines conditions. Le pays s’ouvre néanmoins petit à petit à ces pratiques : l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière a ouvert en 2009 le CIMC (Centre Intégré de Médecine Chinoise) pour évaluer et adapter ses pratiques aux maladies chroniques ou difficiles, et participer à des recherches franco-chinoises.

Il est important de savoir que l’efficacité de la médecine traditionnelle chinoise a été reconnue par l’OMS, et notamment celle de l’acupuncture, pour le traitement de nombreux déséquilibres.

Quant à son efficacité prouvée, des essais cliniques ont été menés bien sûr en Chine, mais également aux USA, en France et dans divers pays. Vous pouvez consulter quelques résultats de tests en suivant ce lien : http://www.medecinechinoise.org/actu.htm. A titre d’exemple, voici un autre article traitant de la médecine traditionnelle pour les lésions de la moelle épinière : http://www.futura-sciences.com/magazines/sante/infos/actu/d/medecine-medecine-chinoise-secours-lesions-moelle-epiniere-48457/.

Médecine conventionnelle versus médecine chinoise

Les liens entre médecine traditionnelle et médecine allopathique sont moins distants qu’on ne le pense . Par exemple, pendant des millénaires et à travers le monde, les maladies ont été soignées a l’aide de médicaments naturels, d’origine végétale et/ou animale. Aujourd’hui, environ le quart des médicaments modernes sont dérivés de produits naturels, dont beaucoup ont d’abord été utilisés dans des thérapies traditionnelles. Dans l’article de la semaine dernière, j’évoquais l’usage de l’artemisia (Ging hao) contre le paludisme en médecine chinoise depuis 2000 ans. Ce n’est qu’en 1981 que cette plante a été reconnue par le monde entier, alors qu’on retrouve des traces écrites de son utilisation en -168 avant J.C.

Quelle est alors la réelle différence entre la médecine chinoise et la médecine allopathique (conventionnelle)? La différence se trouve dans la façon d’aborder le corps et la maladie, et non dans l’efficacité. En médecine chinoise, le but du praticien n’est pas de nommer la maladie mais de trouver les causes du déséquilibre entrainant les troubles visibles de la santé. La maladie est interprétée comme la résultante d’un déséquilibre plus général, les organes, les entrailles et les émotions étant interdépendants. Un bilan énergétique est réalisé en observant et questionnant la personne. Ce bilan permet au praticien d’évaluer l’individu sous ses dimensions physiques et émotionnelles.

La médecine chinoise est plus une médecine « de terrain », de prévention que de réparation immédiate. Mais en faisant un travail en profondeur sur vos troubles, pendant une durée certes plus longue, vous ressentirez des bienfaits durables et vous n’aurez pas ou très peu d’effets secondaires.

Adapter la pharmacopée chinoise à l’Occident

Aujourd’hui, en France, outre la méconnaissance de la médecine chinoise en général, il existe une règlementation très stricte concernant l’utilisation et la vente des plantes. Ceci est une bonne chose mais limite la prescription individuelle traditionnellement faite par les praticiens en médecine chinoise. C’est pour cela que les Laboratoires Bimont ont conçu des formules de compléments alimentaires basés sur la médecine chinoise et adaptées à la réglementation française. Pour en savoir plus sur ce sujet, je vous invite à relire l’article 2013 : évolution à double tranchant pour la MTC.

Les gammes Clinicasie et Cinq Saisons

Ces compléments alimentaires reprennent les formules magistrales de la médecine chinoise, ils font partie de la gamme CLINICASIE. Leur utilisation est large : traitement des acouphènes, du stress, des troubles menstruels, ou bien de la prostate, par exemple.

La gamme des Cinq Saisons est également issue des origines de la médecine chinoise : la théorie des cinq éléments. A chaque saison est associé un élément, un couple organe/entrailles, ainsi qu’un ensemble de fonctions, d’émotions et de couleurs. Cette gamme est composée de plantes occidentales connues de tous, mais qui sont à l’origine utilisées par la médecine chinoise. Chaque produit de cette gamme permet de décupler sa résistance et son énergie vitale, en harmonie avec la saison en cours.

L’Occident a tout intérêt à s’ouvrir aux médecines venues d’ailleurs. La médecine allopathique peut très bien se combiner avec la médecine chinoise. Ces deux médecines sont complémentaires, et non opposées, comme on pourrait le penser.

Copyright 2015 LABORATOIRES BIMONT Tous droits réservés.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *