La saveur sucrée (douce) en médecine chinoise

meringue-sucre

On parle beaucoup du sucre de nos jours car celui-ci, et notamment le sucre raffiné, est partout dans nos plats industriels et surtout, en trop grande quantité. En médecine chinoise, il renvoie à la saveur de la cinquième saison, la saveur sucrée ou douce, liée à au couple Rate/Estomac. Comme toute saveur, celle-ci doit être équilibrée dans nos repas par rapport aux autres. Une trop grande appétence pour le sucré peut démontrer un déséquilibre de la Rate, aux conséquences parfois importantes sur la santé.

La saveur douce en diététique chinoise

Le terme sucré devient doux lorsque la saveur de l’aliment ne rappelle pas celle du sucre. Par ex : les céréales et féculents qui contiennent un sucre lent, l’amidon. Mais on qualifie aussi de saveur douce celle de la viande crue. En diététique chinoise, on parle plutôt de saveur douce en général. En effet, dans les aliments sucrés (de type limonades, desserts, biscuits avec du sucre raffiné), il y a un côté doux mais aussi acide. Avec cette acidité, il y a un côté astringent cette saveur a un impact sur le Foie. Par contre, des aliments naturels comme la banane, la réglisse et la poire sont des vrais doux.

De nature yang, la saveur douce est tonifiante, elle fournit l’énergie nécessaire à la dépense quotidienne et elle peut améliorer la vitalité de l’être humain. Les céréales sont les aliments les plus représentés car selon la médecine chinoise, l’énergie qui circule dans les méridiens provient des céréales. Celles-ci constituent la saveur douce, inhérente au Mouvement de la Terre et à l’équilibre des 4 mouvements.

Quelques aliments de saveur douce :

Le riz, le maïs, le blé, le sarrasin, les viandes : bœuf, poulet, porc, oie, les poissons : carpe, légumes et légumineuses : petits pois, choux, pommes de terre, haricots.

Son effet sur le couple Rate /Estomac

Le doux tonifie, relâche et ralentit, il harmonise et régularise le foyer médian : le couple Rate/Estomac. Cette saveur tonifie l’énergie (Qi) et le sang, ainsi que le yin et le yang.

En général, la saveur correspondante à l’organe stimule celui-ci et lui est bénéfique s’il est en vide. Mais si l’organe est en plénitude, la saveur correspondante lui sera néfaste, il faudra donc favoriser une autre saveur dans l’alimentation, qui régulera l’énergie de l’organe. Pour la Rate, si son énergie est en plénitude (excès), il faudra alors la réguler avec la saveur amère.

Trop de sucre ou de saveur douce peut engendrer un déséquilibre Rate/Estomac et des troubles tels que l’hypoglycémie, le diabète, la prise de poids…En effet, l’hypoglycémie et le diabète sont les 2 aspects d’un même désordre. Lorsque le pancréas est épuisé par les sécrétions d’insuline à répétition, l’hypoglycémie se transforme en diabète. Si l’excès de sucre est chronique, cela nuira alors au Rein.

Comment équilibrer sa saveur douce ?

Même si vous avez l’impression de ne pas trop en consommer, le sucre est rajouté dans tous les plats préparés, les sauces, les yaourts et les plats d’origine industrielle. Préférez les plats préférés par vos soins et oubliez la viande tous les jours car la transformation des graisses et des lipides crée du glucose dans le sang. Si le gout sucré est au centre de l’alimentation, il doit être équilibré par toutes les autres saveurs.

Pour retrouver tous mes conseils diététiques, rdv dans la rubrique diététique >>

Les troubles liés à l’excès de sucre : prévenir le diabète de type 2

Comme nous l’avons vu dans cet article, le diabète est lié à un vide de yin qui engendre un feu interne affectant les poumons, l’estomac et les reins. Il faut donc calmer le feu et éliminer tout ce qui l’attise, que ce soit à travers l’alimentation (stimulants, graisses) mais aussi le mode de vie (stress, rapport activité/repos). La Rate doit être tonifiée (sans excès) avec des saveurs douces (céréales, aliments naturellement sucrés dont les fruits et une bonne mastication). Privilégiez ce qui hydrate (mais pas trop encore !) : oléagineuses, céréales, légumes cuits.

Une plante utilisée depuis des millénaires en médecine chinoise permet de réguler la glycémie, le temps circulant d’insuline mais aussi l’appétence pour le sucre : c’est le berberis vulgaris (épine-vinette) qui contient de la berbérine. En savoir plus sur le berberis >>

Le complément Berberis est disponible sur le site des Laboratoires Bimont.

Copyright Bertrand Bimont 2017. Tous droits réservés.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

2 commentaires sur “La saveur sucrée (douce) en médecine chinoise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *