Moxas, ventouses : à quoi ça sert ?

cupping-glasses-redim

On relie très souvent la médecine traditionnelle chinoise à l’acupuncture. Peu de gens savent par exemple qu’un praticien de médecine chinoise peut prescrire des formules de plantes. Et très peu de gens connaissent les autres techniques comme les moxas, les ventouses ou le cataplasme !

A quoi servent ces techniques ? On fait le point sur ce que certains appellent des « bizarreries » !

Les moxas

La moxibustion consiste à réchauffer un point d’acupuncture et à faire pénétrer la chaleur à travers la peau. Pour cela, on utilise des « moxas » : des bâtonnets, des cônes ou des boulettes fabriqués avec une variété d’armoise. C’est la chaleur dégagée par leur combustion qui stimule les points d’acupuncture. Le terme moxa aurait pour origine le mot japonais Mogusa qui désigne cette plante.

Concernant les bâtonnets, le praticien le laissera juste au-dessus de la peau, soit sans bouger, soit en le déplaçant légèrement. Le but de réchauffer le point d’acupuncture sera atteint lorsque la peau sera rougeâtre et que la personne ressent une certaine chaleur.

Quant aux cônes, ils sont constitués de poudre d’armoise séchée et posés directement sur la peau, toujours sur un point d’acupuncture. Ils sont ensuite allumés et enlevés lorsque le patient ressent une chaleur intense (il est retiré avant que la peau du patient soit brulée, je vous rassure !). Pour les boulettes de moxa, celles-ci sont apposées et allumées sur les aiguilles d’acupuncture.

Pratiqués seuls ou avec la technique de l’acupuncture, les moxas sont utilisés dans des cas de douleurs rhumatismales, articulaires, musculaires, des troubles de la digestion, de troubles gynécologiques ou sexuels pour l’homme. Ils permettront de réchauffer en cas d’excès de Froid, de vide de yang et de faire circuler le Qi et le Sang dans les méridiens.

Les ventouses

En 2016, le monde se demandait quelles étaient ces marques rouges sur le champion olympique Michael Phelps… Point de torture mais ces points avaient été réalisés avec la technique chinoise des ventouses. Quoique, pas si chinoise que ça puisque cette technique a aussi été utilisée durant l’Antiquité par les Grecs, les Indiens et les Arabes !

La méthode des ventouses consiste à appliquer un petit récipient (dont l’entrée est moins large que le fond) sur la peau. A l’intérieur, on allume un tampon d’ouate imbibé d’alcool. Cela crée une pression qui fixe la ventouse à la peau. Celle-ci va réchauffer les points d’acupuncture, tout comme les moxas, y faire circuler l’énergie et la circulation sanguine (le Qi et le Sang), tout en éliminant le froid. La marque rouge est créée par la dilation des pores et des vaisseaux sanguins.

La particularité des ventouses est d’aspirer les énergies pathogènes (Froid, Vent, Humidité, Chaleur) qui auraient traversé le Biao, la couche superficielle du corps. Elles permettent de les éliminer et de dissoudre les blocages. Comme les moxas, les ventouses sont utilisées pour tout type de troubles : articulaires, musculaires, rhumatismaux, dermatologique, digestifs, respiratoires…

Les cataplasmes

Une autre technique de la médecine traditionnelle chinoise est l’application de cataplasmes. Le cataplasme de plantes finement moulues est traditionnellement préparé avec de l’huile de sésame et de la cire d’abeille. La pâte est appliquée sur la peau pendant un certain temps.

Alors, rassurés ? 😉

Bertrand Bimont Copyright 2018. Tous droits réservés.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

5 commentaires sur “Moxas, ventouses : à quoi ça sert ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Magda Maffezzoli

    Bonjour Bertrand,
    Je pratique la pose de ventouses parce que j’ai vu mes parents être soignés par cette méthode alors que j’étais enfant. Cela m’avait toujours intriguée.
    Lorsque j’étais enfant, ma mère m’appliquait des cataplasmes chauds sur la poitrine – Je me souviens qu’ils étaient faits à base de farine de moutarde.
    Qu’en pensez-vous ?
    Merci pour vos articles très intéressants.

    Répondre
  2. poursat

    Bonjour,

    connaissez vous un « bon et honnête praticien » en médecine chinoise, appliquant les différentes méthodes de soins : acupuncture, moxa, ventouses, cataplasmes, … ???

    cela pas très loin de chez Vous, en Drôme vers Valence

    MERCI BEAUCOUP pour les renseignements

    cordialement

    Cathy

    Répondre